Catherine Chabanon directrice Le Bivouac

Rencontre avec Catherine Chabanon, directrice du Bivouac à Clermont-Ferrand

Bonjour et merci à vous Catherine d’avoir accepté de nous parler du Bivouac, de sa place dans l’écosystème d’innovation et des startup que cet accélérateur a pu accompagner sur la thématique de la mobilité.

1. En tant que directrice de la structure depuis 2019, pouvez-vous nous expliquer en quelques mots ce qu’est le Bivouac ?

Le Bivouac est un accélérateur de startups, sous forme de partenariat public/privé créé par des acteurs économiques majeurs [1] pour favoriser l’émergence et le développement d’entreprises innovantes sur le territoire auvergnat.
Il s’adresse à des entreprises créées, avec, au minimum une personne à temps plein dans le projet, un produit / service existant mis sur le marché. Sa mission est d’élaborer et de déployer des programmes d’excellence pour accélérer la croissance des start-ups. L’objectif est de leur donner accès à des terrains d’expérimentation, de leur ouvrir des opportunités de marché grâce à ses partenaires (publics et privés), et d’apporter des expertises structurantes de haut niveau (sherpas et mentors) dans toute la chaîne de valeur de l’accompagnement des start-ups et entreprises innovantes, y compris les aider à lever des fonds.
Le Bivouac a centré son activité d’accompagnement sur les forces du territoire en définissant des filières prioritaires en phase avec les Challenges définis dans le cadre de la labellisation I-Site et des challenges CAP 2025 : l’agriculture du futur, l’industrie du futur, la santé du futur et la prévention santé. Les thématiques de la transition énergétique et de la mobilité sont traitées transversalement sur les 3 filières.

[1] Créé fin 2015par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, associée à Clermont Auvergne Métropole, la CCI du Puy de Dôme, la Caisse des dépôts, Michelin, la Caisse d’Epargne et de Prévoyance Auvergne Limousin, Centre France La Montagne, Limagrain, le Crédit Agricole Centre France, Orange, EDF, Engie, et Digital League (cluster des entreprises du numérique).

2. Comment Le Bivouac fonctionne concrètement ? Quelles sont ses différentes composantes ?

Le Bivouac propose une offre d’accompagnement à l’accélération, intitulée BOOST. Lors de cet accompagnement individuel et collectif d’une durée de quatre à six mois (renouvelable deux fois), la start-up se trouve au cœur de l’écosystème d’innovation.
Le Bivouac prend en charge financièrement l’intégralité du diagnostic préalable à la période d’accélération, ce qui représente une aide financière de l’ordre de 10 000 €. Puis, la start-up finance à hauteur de 50 % maximum l’accompagnement par des experts (pourcentage variable selon les différents dispositifs d’aides mobilisables). 50% sont financés par Le Bivouac grâce aux financements publics qui lui sont versés.
En option, la start-up peut être hébergée dans les locaux du Bivouac (bureau fermé ou espace de coworking).
Une offre de pré-accélération, basée sur de l’accompagnement collectif, intitulée BASE, peut être proposée en amont de l’offre d’accélération BOOST. Elle permet de poser les bases de l’accélération.

3. Quel rôle joue Le Bivouac dans l’écosystème clermontois ?

Le Bivouac a une place importante dans l’écosystème d’innovation. En relation avec les incubateurs, tels Squarelab (incubateur de l’ESC), Busi (incubateur de l’Université), Cocoshaker (incubateur de l’économie sociale et solidaire) ou la Compagnie Rotative (incubateur de la Montagne), il permet d’offrir une chaîne complète d’accompagnement : depuis l’idée du porteur de projet à la mise d’un produit sur le marché.
Pour les entreprises en recherche d’innovations, il permet de sourcer des startups qui leur proposeront des solutions innovantes, et de sécuriser la relation entre les startups et les entreprises.

4. Quelles sont les start-up qui ont été accompagnées par Le Bivouac et qui ont candidaté au concours Auvermoov ?

Parmi les startups accompagnées par le Bivouac sur la thématique de la mobilité, on peut citer My Bus et KobOO qui ont été lauréates du concours Auvermouv en 2016 et 2017.

My Bus : Depuis le concours de 2016, My Bus a fait du chemin. C’est aujourd’hui la première application mobile d’information voyageurs en France, MyBus permet aux usagers des transports en commun d’acheter et de valider leurs titres de transports dématérialisés depuis leur smartphone pour se déplacer en toute simplicité, sur tous types de réseaux urbains et périurbains. La solution My Bus est présente sur le réseau T2C. MyBus propose de réunir sur une application mobile unique, une gamme complète de fonctionnalités : guide horaire, m-ticket, calcul d’itinéraire, temps réel, partage communautaire.

MyBus couvre 200 réseaux de transport en France. En juillet 2019, MyBus a levé 2,4 millions d’euros grâce aux groupes EDF, via son fonds d’investissement corporate EDF Pulse Croissance, et la Banque des Territoires.
Frédéric PACOTTE, co-fondateur et Président de Monkey Factory qui édite MyBus :
« Cette levée de fonds – coordonnée par Finkey – est un encouragement à poursuivre notre aventure. Elle va nous permettre notamment d’accélérer le déploiement de notre plateforme en France. Les participations significatives d’EDF et de la Banque des Territoires à nos côtés constituent un tour de table rationnel. MyBus conserve ainsi son indépendance pour continuer à parler à tous les acteurs de la mobilité afin d’installer son modèle de méta-dépositaire en ligne. »

KobOO : premier vélo connecté en Europe ! Koboo digitalise le service de vélo libre service. Koboo, Cliquez, Pédalez
L’innovation est au cœur du projet. Le but est de simplifier au maximum les process : finies les bornes de paiement, les inscriptions en ligne au préalable, et les files d’attente pour louer un vélo. Un smartphone, 5 clics, et le vélo est disponible en moins de 3 minutes !

La solution est unique. Le bureau d’études, les fabricants (tous français) ont élaboré un système facile à installer et simple à utiliser. La sécurité du verrouillage inviolable permet de laisser les vélos aux bornes de verrouillage, sans souci et sans contraintes.
La solution s’adresse :
– à la ville pour le transport urbain,
– à l’entreprise pour la mise en place d’un plan de mobilité,
– aux opérateurs du tourisme pour la mise en place d’une flotte flexible en libre service,
– à l’événementiel pour une expérience unique de l’événement.

L’application Koboo propose également des idées de parcours, afin de valoriser le patrimoine local et les infrastructures urbaines destinées aux vélos.

En septembre 2019, deux ans seulement après leur création, ils réalisent leur plus importante levée de fonds d’un million d’euros auprès de JEREMIE Innovation 2 (conseillé par SOFIMAC Régions) et de CACF Capital Innovation (Groupe Crédit Agricole), BPI France, la Banque Populaire Auvergne Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Michelin Développement. Preuve de l’intérêt que suscite leur innovation 100% made in France.
Pour Nicolas, Directeur général, « avec cette levée de fonds, nous nous donnons les moyens de nos ambitions. Nous allons pouvoir poursuivre notre développement technologique en faisant évoluer les services proposés par notre application et en offrant une meilleure interface entre l’exploitant et l’utilisateur. Enfin, nous allons améliorer le système de verrouillage du vélo. »

Enfin, la startup a réalisé cet été l’installation de leur plus grosse flotte : 120 vélos sur la côte Basque, répartis sur 12 villes de Tarnos à Hendaye. Les vélos de ce service se nomment les « Vélibleu ».
Ça roule pour KobOO !